AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Roy C. O'Bannon * Tu étais censée n'être rien pour moi.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Roy C. O'Bannon

More about me
Messages : 108
Localisation : Dublin
Emploi/Etudes : Police + détective privé
Age du Perso : 34 ans
Arrivé(e) le : 24/10/2013


MessageSujet: Roy C. O'Bannon * Tu étais censée n'être rien pour moi. Jeu 24 Oct - 1:30

Roy Cillian O'Bannon
Charlie Hunnam


INFORMATIONS GENERALES
passe ta souris sur la zone de texte pour connaitre mon identité générale
Bonjour je m'appelle Roy Cillian O'Bannon mais en général on m'appelle Roy, petit ou encore Cil, mais j'aime moins. Je suis né le 16 juin 1979 à Dublin et par conséquent j'ai 34 ans. Je suis humain et j'appartiens au groupe Primes. Mais tu veux en savoir plus sur moi? Je suis agent de police et on me qualifie souvent de têtu, colérique, cynique, craquant, passionné, secret, cela dit je m'en porte bien. Il faut savoir que j'ai pas mal de tatouages, sur le dos et les bras, qu'en général je me laisse un bouc au menton et que je suis hétéro et célibataire.

LE MONDE OCCULTE
passe ta souris sur la zone de texte pour connaitre ce que je sais de l'occulte
Mais parlons un peu plus du monde occulte. Voyez-vous, je connais l'existence des vampires, lycans, sorcières et primes et ces choses-là, j'en pense pas encore grand chose. C'est tout nouveau. J'ignore qu'il y a des gentils parmi tout ça ; et je n'ai encore rencontré que des vampires. Ma première réaction quand j'ai connu ce monde fut de m'évanouir, mais à cause d'un coup sur la tête, je précise. Si on me disait que ce monde existait, je pense que je prendrais cette personne pour un timbré. Mais vu que je l'ai vu de mes propres yeux, ....

CARACTERE, PSYCHOLOGIE, PHYSIQUE
passe ta souris sur la zone de texte pour découvrir tout ça
Mon physique et mon mental ? Vous avez du temps devant vous, j’espère.

Commençons par le physique, c’est le plus facile. Je fais 1m85, ce qui est assez grand sans l’être trop. Je suis musclé, j’aime faire du sport. Pompes, abdos,… Je m’entretiens. J’ai les cheveux blonds. Si je les coupe parfois, il m’arrive de les laisser pousser mais jamais jusqu’aux épaules. Je garde aussi un bouc au menton. Sinon j’ai l’air d’un chic type. Et ça aide pas à se faire respecter. Puis j’aime bien me donner un look de bad boy, même si je suis flic. Ensuite, j’ai pas mal de tatouages. Un assez gros dans le dos, souvenir de mes années de galère, quand j’avais seize-dix-sept ans. Mais je l’aime bien. Et puis c’est sexy. J’en ai aussi sur les bras. Ah, et j’ai les yeux bleus. Ouais, blond aux yeux blonds, très original, je sais.

Bon, ça, c’est fait.

Sinon… Je mange pas très équilibré. Je sais. Mais je me rattrape en faisant du sport. J’ai aussi tendance à boire beaucoup mais je me contrôle mieux ces derniers mois. J’ai eu une période où j’abusais clairement de la boisson. Mais je vous en parlerai plus loin (voir histoire). Sinon… J’adore le rock, et le metal. Et j’adore la moto. J’en ai une. Je ne la sors pas souvent du garage parce que j’ai une voiture pour le boulot. Mais j’aime la sensation de liberté que ma moto me procure. Rouler, sentir le vent. C’est jouissif, sérieux.

Que dire de plus ? Ah ouais. J’ai toujours été un gros dragueur. Enfin, pas le genre lourd. Mais j’adore séduire. Et avec mon corps, ma moto et ce petit air d’ange que je prends facilement, les filles tombent dans mes bras. Pour ne pas dire dans mes draps. Par contre, j’ai jamais aimé personne. C’est trop dangereux. Ca rend faible et vulnérable. Enfin, y a eu cette fille… Moira. Mais… Non. C’était pas de l’amour. (Du moins, j’essaye de m’en convaincre.) Je suis assez têtu, quand je veux. Alors, non, ce n’était pas de l’amour. Et ensuite, je ne suis pas devenu alcolo à cause d’elle, c’est pas vrai. Je traversais une mauvaise passe, c’est tout.

Sinon, je suis assez cynique. Et je m’emporte facilement. Pas pour rien que, ado, je me bagarrais sans cesse. Et si je me suis un peu calmé ensuite, il m’arrive encore de péter un câble, de temps en temps. Je crois que j’ai tout dit… Ou le principal du moins. Je suis comme ça. J’aime pas tourner autour du pot. Je vais au nécessaire. Je fais ce qu’il faut.


SUR LA CHAISE D'ORDINATEUR
Et moi bah je m'appelle Lysa j'ai 24 ans et je suis une Fille. J'ai connu le forum par ses admins et j'en pense que je l'adore et ce depuis 18 mois!. Je pourrais être là régulièrement. Et je te promets j'ai lu le règlement Du sang pour du sang.
css html par kusumitagraph' de ex nihilo


Dernière édition par Roy C. O'Bannon le Jeu 24 Oct - 20:49, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Roy C. O'Bannon

More about me
Messages : 108
Localisation : Dublin
Emploi/Etudes : Police + détective privé
Age du Perso : 34 ans
Arrivé(e) le : 24/10/2013


MessageSujet: Re: Roy C. O'Bannon * Tu étais censée n'être rien pour moi. Jeu 24 Oct - 1:30



TOUT LE MONDE A UNE HISTOIRE
Assis au pied de mon lit, je regarde ce qui m’entoure. Cet entrepôt que j’ai transformé en maison. Enfin, « maison », c’est vite dit. « Loft » serait plus pertinent je pense. Cuisine petite mais fonctionnelle, salle de bain avec le nécessaire, lit, commodes pour mes vêtements et armes, une télévision, et une petite table de deux personnes où je mange de toute manière seul, jour après jour. Ce n’est pas très grand mais ça me suffit. Après une première gorgée de ma première bouteille de bière, je repense à mon arrivée à Dublin. Il y a quoi ? Un an ? J’en ai fait du chemin depuis lors. Déjà, je peux boire une bière sans risquer de perdre la tête et de me saouler, ou me saouler sans retomber dans l’alcoolisme. Ce qui n’aurait pas été le cas il y a deux ans. Il y a deux ans, j’étais un vrai déchet. Je ne pouvais plus passer un soir sans boire. Ce qui explique d’ailleurs que j’aie été mis à pied. Un policier bourré tous les soirs, qui empestait l’alcool le matin, ou étais encore loin, ce n’est pas génial. Et pour l’image de la police, et pour les performances. Ce qui m’a réveillé, me faisant l’effet d’un électrochoc, c’est ce que mon chef m’a dit, alors. Il avait bien vu que ça faisait longtemps que ça n’allait plus. Alors il m’a conseillé de bouger, d’aller voir du pays. Et il avait raison. Il y avait trop de souvenirs à Cork, pour moi. Trop de mauvais souvenirs. J’ai demandé ma mutation, il l’a appuyée d’une lettre de recommandations élogieuse. J’ai fait mes valises, ma mutation acceptée, un endroit où crécher trouvé. Et me voici à Dublin, où les affaires marchent assez bien. A côté de mon job dans la police, j’ai commencé une petite affaire de détective privé. Ce qui me permet d’arrondir les fins de mois. Et de chasser. Chasser qui ? Les êtres surnaturels, évidemment. Je sais que ça existe. Vampires, lycans, sorciers. Ils sont nombreux à Dublin et je compte bien aider les chasseurs qui y sont déjà à nettoyer l’Irlande de cette vermine. Mon chef ne s’attendait surement pas à cette tournure d’évènements, quand il me conseillait d’aller voir ailleurs, de me changer les idées. Mon chef, il a fait beaucoup pour moi. C’est lui qui m’avait donné envie d’entrer dans la police, quand j’avais dix-sept ans. J’arrêtais pas de me battre, de foutre la merde partout où j’allais. Crise d’adolescence, disaient certains. Demande d’attention, d’autres. Je ne sais pas pourquoi je déconnais autant. Mais ça me faisait du bien. Jusqu’au jour où je me suis fait attraper. Un flic m’a interrogé. Et m’a carrément passé un savon. Le sermon du siècle, au moins. Mon chef. Son discours a été comme un électrochoc. Avec ce que je faisais, si je continuais comme ça, je finirais en taule. Et je ne vaudrais pas mieux que ma mère. Qu’il m’a dit. Prends-toi ça dans les dents. C’était vache. Mais ça a marché. J’ai plus déconné après. Je voulais pas finir dans la rue. Je voulais pas dealer. Je voulais… être quelqu’un. J’ai commencé à suivre les cours au lycée, j’ai obtenu mon diplôme puis j’ai suivi la formation pour entrer dans la police. Et pendant tout ce temps, il m’a soutenu.

Je prends une deuxième gorgée et cherche à me souvenir de cette soirée au cours de laquelle j’ai découvert leur existence, à ces créatures. J’étais de sortie. J’avais bien bu. Et je sortais du pub pour rentrer chez moi, à pieds, quand j’ai entendu un cri. Une femme criait, et elle semblait effrayée. J’ai couru, comme je le pouvais dans la direction que j’avais identifiée et j’ai dégainé le flingue dont je ne me sépare jamais. J’ai ordonné au type de la lâcher mais l’instant d’après il était devant moi. Il m’a envoyé valser à trois mètres de là, j’ai heurté un mur, me cognant la tête assez fort, avant de retomber au sol. Il s’est alors approché. Et il m’aurait tué, si un homme plus âgé ne s’était pas interposé, poignardant l’homme d’un pieu dans le cœur. J’étais trop sonné que pour relever le bizarre de la situation. Je me suis évanoui. Et quand je me suis réveillé, j’étais chez cet homme, un gant de toilette sur le front. J’ai essayé de me redresser mais j’avais mal dans tout le corps. Sur mes gardes, je lui ai demandé de se présenter et de m’expliquer. Et il l’a fait. Avait-il compris que je pourrais être utile ? Ou bien qu’il n’avait d’autre choix ? Je l’ignore, mais il m’a tout dit. Et après ce que j’avais vu, je n’ai même pas imaginé mettre en doute ses dires.

Après un soupir, je me lève pour aller mettre une pizza dans le four. Ouais, quand je parle d’une cuisine, c’est pas pour autant que je suis un chef étoilé. En général, je me fais livrer. Ou alors, c’est pizza. Mais ça me convient. Je ne passe pas beaucoup de temps chez moi. Soit je bosse au commissariat, soit je suis dans le bureau que j’ai aménagé à l’avant de mon loft, bureau qui est séparé par une porte blindée du reste. Oui, je suis prudent. Caméras de surveillance, portes blindées, après avoir découvert que le monde était encore plus dangereux que ce que je pensais, j’ai décidé de ne plus prendre de risque. Je retourne m’assoir sur le lit et prends une troisième gorgée. J’étais à peine arrivé depuis deux semaines, que je me faisais attaquer. J’attrape la télécommande et allume la télé pour regarder le journal. Parfois, il y a des trucs intéressants pour le boulot. Des disparitions étranges, des corps retrouvés… Même si les journalistes et la police ne parlent pas de vampires ou autres, les chasseurs savent décoder les infos. Sauf que là, j’aurais mieux fait de ne pas l’allumer, cette fichue télévision.

« Georges Melton, le directeur de l’orphelinat qui prostituait les jeunes filles qui lui étaient confiées, vient d’introduire une demande de libération anticipée. »

Je manque de m’étouffer. Georges Melton, ce salopard, veut sortir de taule ?! Ce salopard, c’est grâce à lui que je suis monté en grade, à Cork. Il y a quoi ? Huit ans de ça ? Oui. J’avais vingt-cinq ans. J’avais des doutes sur cet orphelinat. J’avais demandé à mon chef de pouvoir me renseigner sur cette jeune femme retrouvée morte, orpheline, qui avait grandi là-bas. J’avais dû le harceler mais il avait finalement accepté. Du coup, j’avais pris ma voiture et étais allé faire un tour du côté des rues malfamées des environs. Il y avait des vieilles péripatéticiennes. Et il se demandait comment elles faisaient pour avoir encore des clients. Mais il y avait aussi de très jeunes. Si elles avaient vingt-et-un an, c’était un miracle. Parmi celles-là, une avait attiré mon attention. Belle, aux cheveux foncés, de beaux yeux verts, mince, assez petite, elle avait capté mon regard et je ne parvenais pas à regarder une autre après elle. Je suis passée devant elle en voiture, abaissant la vitre du côté passager. Et lui ai demandé de monter. Je ferme les yeux et prends une longue gorgée de Guinness. SI seulement j’avais choisi une autre fille… Oh j’ai obtenu toutes les informations que je cherchais. J’ai pu monter un dossier en béton contre ce gros dégueulasse. Mais… Je vide ma bière d’un trait avant de me lever pour prendre une autre bouteille, éteignant la télévision au passage. Je ne veux plus penser à elle. C’est à cause d’elle que j’ai commencé à boire. Pour l’oublier. Alors même que quand je fermais les yeux, quelques verres dans le nez, c’était précisément elle que je voyais.

Si au début, c’était seulement professionnel, même si j’avoue que je prenais mon pied, liant l’utile à l’agréable, c’est progressivement devenu différent. En jouant le jeu du client amoureux, je pensais ne duper qu’elle. Pas moi-même. Car à la fin, ce n’était plus un jeu. J’aimais la voir. J’aimais la prendre dans mes bras, la serrer contre moi. Un jour, sans réfléchir, je lui ai même dit que j’allais la sortir de là et qu’on partirait loin. Heureusement, je me suis repris en main. Parce qu’une fille comme elle ne tombe pas amoureuse. Je le savais bien. Ma mère en était une et je l’avais vue collectionner les hommes, les manipulant pour obtenir ce qu’elle voulait, à savoir de l’argent pour sa drogue, jusqu’à ce qu’ils comprennent son jeu et se barrent. Elle ne serait pas différente de cette femme qui m’avait mis au monde mais ne s’était jamais occupé de moi par la suite, me préférant la compagnie d’une seringue ou d’une ligne de poudre blanche. Ma mère est morte quand j’avais sept ans. Comme j’étais né de père inconnu, j’ai été placé en famille d’accueil. Puis dans une autre. Et encore une autre. Déménageant sans cesse, Dublin, Cork, ailleurs. Jusqu’à ce qu’une place se libère dans un centre. J’avais quatorze ans, et pas de famille. Mais j’avais l’habitude. J’en avais jamais eu. Je n’avais que moi sur qui compter, depuis le début. Et je n’étais pas prêt à changer ça. C’était très bien ainsi. Quand on se laisse aller à aimer quelqu’un, on devient fragile, vulnérable. Et je ne voulais pas ça.

Alors j’ai arrêté d’aller voir ma jolie fille aux yeux verts. Persuadé que j’allais vite l’oublier. C’était il y a huit ans et je rêve encore d’elle. Je crois encore la voir à tous les coins de rue. Enfin, non. Ca fait dix ans que je ne lui ai plus parlé. Mais huit ans que je ne l’ai plus vue. Car je l’ai encore vue une fois. Quand on a été arrêté le directeur de l’orphelinat et ses complices. Je l’ai vue. Et elle m’a vue. Je le sais, nos regards se sont croisés. Mais je n’ai pas été lui parler. Et quelques jours après, ma descente aux enfers a débuté. Alcool, encore et encore. Jusqu’à m’endormir. Jusqu’à ne plus penser. Jusqu’à ne plus voir que son visage. Son doux visage. Qui me hante depuis. C’était d’ailleurs assez contradictoire : je buvais pour ne plus penser à elle. Et en même temps, j’étais heureux de la voir dans mes pensées de mec bourré. Elle était si belle… Je ne peux m’empêcher de me demander ce qu’elle devient. Alors que ça ne me regarde pas. Est-elle mariée ? Bizarrement, l’idée me dérange. Je n’ai pourtant aucun droit d’être jaloux. Et pourtant, je le suis. Et je ressens l’envie bien connue de me saouler pour oublier.
css html par kusumitagraph' de ex nihilo


Dernière édition par Roy C. O'Bannon le Jeu 24 Oct - 20:51, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

M. Lou-Ellyn McLachlan

More about me
Messages : 198
Localisation : Dublin
Arrivé(e) le : 20/10/2013


MessageSujet: Re: Roy C. O'Bannon * Tu étais censée n'être rien pour moi. Jeu 24 Oct - 4:25

ROOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOY  

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Invité

More about me


MessageSujet: Re: Roy C. O'Bannon * Tu étais censée n'être rien pour moi. Jeu 24 Oct - 5:32

Re bienvenu pour ce nouveau compte et courage pour cette nouvelle fiche^^
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

More about me


MessageSujet: Re: Roy C. O'Bannon * Tu étais censée n'être rien pour moi. Jeu 24 Oct - 5:57

re-bienvenu!
courage!
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Roy C. O'Bannon

More about me
Messages : 108
Localisation : Dublin
Emploi/Etudes : Police + détective privé
Age du Perso : 34 ans
Arrivé(e) le : 24/10/2013


MessageSujet: Re: Roy C. O'Bannon * Tu étais censée n'être rien pour moi. Jeu 24 Oct - 20:23

Moira :  (oui, c'est romantique)

Delilah :  (bah oui, t'es trop jeune que pour être prime, tu files dans ta chambre!)

Andy : *patpats* merci jeune fille !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

M. Lou-Ellyn McLachlan

More about me
Messages : 198
Localisation : Dublin
Arrivé(e) le : 20/10/2013


MessageSujet: Re: Roy C. O'Bannon * Tu étais censée n'être rien pour moi. Jeu 24 Oct - 21:11

Tu es validé(e)!
bienvenue à Dublin!

Non, non tu ne rêves pas! Tu as bel et bien été validé par un des membres de notre staff. Tout d'abord félicitations!


La première étape obligatoire à faire est tout d'abord de recenser ton avatar et c'est par ici. Après il faudra que tu recense aussi ton prénom et ton nom de famille (même si tu es un pv ou un scénario) et c'est par là! De plus si jamais tu es un double (ou triple ...) compte viens te manifester dans ce sujet ici.

Si tu as peur de ne pas réussir à t'intégrer sur le forum ou tout simplement que tu cherches des conseils et l'attention de quelqu'un tu peux également poster dans la Section Parrainage, tu y trouvera rapidement un parrain dévoué. Tu peux aussi si tu as des personnages indispensables à ton histoire aller créer des scénarios rien que pour toi tu trouvera les instructions dans ce petit sujet ici!

Mais n'oublie pas que nous aimerions en savoir plus sur toi. Certes ta fiche est superbe mais n'oublie pas de t'occuper de tes liens dans cette section et tes topics dans celle là. N'oublie pas qu'il est toujours utile de préciser ce genre de choses, notamment les liens, tu aimes savoir qui est ami avec qui? L'inverse est aussi vrai! Les Demandes de base sont également importantes et se trouvent par ici pour ce qui est des logements, colocataires, emplois ou rangs.


Désolé pour ce blabla, mais il fallait bien le faire tu sais Maintenant que tu es prêt à jouer bah ... Bon jeu!
css html par kusumitagraph' de ex nihilo

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé

More about me


MessageSujet: Re: Roy C. O'Bannon * Tu étais censée n'être rien pour moi.

Revenir en haut Aller en bas
 

Roy C. O'Bannon * Tu étais censée n'être rien pour moi.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cover Your Eyes :: Let's get started :: Votre Passeport :: Acceptés-
Sauter vers: